Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne Le long de la Voie Appienne

Le long de la Voie Appienne

La dernière étape de l’EuroVelo 5 est longue de 378 km. Elle consiste principalement de routes à faible trafic, routes de campagne, à l'exception de très courtes portions sur des pistes cyclables et des sentiers. L’étape commence à Bénévent, qui est situé dans la région de Campanie. Après 56 km, elle traverse la frontière avec la région des Pouilles. Sur son chemin vers Brindisi, la route passe deux fois dans la zone nord de la région Basilicate pour un kilométrage total de 108 km. Dans les Pouilles et la Basilicate, l'itinéraire suit de longues étapes de la Via Appia Antica, appelée Regina Viarum (la reine des routes), l'une des plus importantes routes construites par les Romains. Elle reliait Rome au port principal à l'Est, qui à l'époque était Brindisi. La Via Appia fut en effet utilisée au cours des siècles suivants comme voie de pèlerinage, reliant efficacement Rome au port principal de Jérusalem.

Bénévent affiche de nombreuses traces de la domination romaine, comme l'Arc de Trajan et son théâtre,tous deux bien conservés. La ville abrite également un site de l'Unesco, l'église de Santa Sofia avec son très beau cloître. La ville d'Ariano Irpino, située au sommet d'une colline, est l'une des plus intéressantes de la zone tranquille et verdoyante d'Irpinia. C’est un endroit idéal pour y passer la nuit. Une route de campagne le long d'une montée facile mène à la frontière de la région des Pouilles et à une petite ville perchée de Monteleone di Puglia. Après être passé par Accadia et Candela, la route emprunte un pont traversant la rivière Ofanto, qui marque la frontière avec la région Basilicate. La plus longue montée de toute l’étape dix mène à Melfi, une ville médiévale où le château-fort construit par Frédéric II abrite le Musée archéologique national. La région est également connue pour l'Aglianico del Vulture, l'un des plus grands vins rouges d'Italie. La ville suivante de Venosa est riche en histoire, bénéficiant d'une belle abbaye et de la fameuse "Incompiuta" (Inachevée), à côté des ruines de la ville romaine. Alors que le paysage semble plus sec, la route passe par Gravina dans les Pouilles et Matera. Ces vieilles villes sont très similaires et pittoresques, bien que la seconde soit plus grande et très connue. En effet, en 1993, les habitats troglodytiques dits Sassi di Matera ou pierres de Matera, ont été déclarés site de l’Unesco. En dépit de son accès difficile, la ville de Tarente mérite d’être visitée, non seulement pour son passé glorieux, mais également pour sa position panoramique entre deux mers. La dernière partie du parcours traverse la plaine du Salento, vers l'est, le long de routes de campagne silencieuses. Chacune des villes touchées par l'itinéraire est unique et fascinante. Certaines d'entre elles sont très bien conservées, et étonnamment hors des sentiers battus. Brindisi est traditionnellement ouvert aux visiteurs et ne manque pas de charme. L'escalier panoramique classiquement considéré comme la fin de l'Appia Antica est le bon endroit pour se rappeler d’un tel grand voyage à travers l'histoire, la tradition et la nature dans le sud de l'Italie.

  • La cathédrale de San Cataldo

    La cathédrale de San Cataldo est la plus ancienne cathédrale des Pouilles, à Tarente. Initialement dédiée à Sainte Marie Madeleine et plus tard à l'évêque Saint Cataldo, elle fut construite par les Byzantins dans la seconde moitié du Xème siècle, lors des travaux de reconstruction de la ville commandés par l'empereur Niceforo II Foca. Dans les dernières années du XIe siècle, l'usine byzantine a été reconstruite et l'actuelle cathédrale basilique a été construite. Cependant, l'ancien bâtiment n'a pas été entièrement remplacé: le bras longitudinal, étendu et abaissé, a incorporé la nef centrale avec l'abside profonde de l'église byzantine, qui est restée inchangée. L'autel est placé sous le dôme et la vieille nef devint le transept, puis coupée des bas-côtés, laissant en vue une série de colonnes décorant l'ancienne construction. En 1713, la façade baroque a été ajoutée, par l'architecte Lecce Mauro Manieri.

  • L'église Santa Sofia de Benevento

    L'église Santa Sofia de Benevento, dans le sud de l'Italie, est un parfait exemple de l'architecture lombarde. Elle a été fondée dans les années 760 par le Lombard Arechis II de Benevento. L'église a été gravement endommagée par les tremblements de terre en 1688 et 1702 et a été reconstruite plus tard dans le style baroque. En 1957, la plus grande partie de l'aspect originel a été restaurée, en se basant sur des documents historiques, à l'exception de la façade baroque. Depuis 2011, c’est est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

  • Sassi di Matera

    Sassi di Matera se trouve dans la région italienne de la Basilicate, au sud de l'Italie. Elle comprend un ensemble de maisons, d'églises, de monastères et d'ermitages construits dans les grottes naturelles de la Murgia. Couvrant une superficie de 1 016 hectares, cette colonie troglodyte remarquable et intacte contient plus de mille habitations et un grand nombre de boutiques et d'ateliers. La propriété a été occupée pour la première fois pendant la période paléolithique et montre une occupation humaine continue pendant plusieurs millénaires jusqu'à nos jours. Elle est harmonieusement intégrée dans le terrain et l'écosystème naturel. La morphologie du territoire, caractérisée par de profonds ravins (gravines) et des hauts plateaux dénudés, intégrés à d'anciennes églises rupestres, des chemins de berger balisés par des puits et des fermes fortifiées, forme l'un des paysages les plus évocateurs de la Méditerranée.

  • Les colonnes romaines de Brindisi

    Les colonnes romaines de Brindisi sont un monument situé près du port de la ville. À l'origine il y avait deux colonnes jumelles, un unumum dans le panorama architectural de l'antiquité. Elles ont été décrites dès le 14ème siècle comme l'emblème de la ville. Après l'effondrement de l'une des deux colonnes en 1528, le monument est resté mutilé. La colonne restante a été démantelée pendant la Seconde Guerre mondiale pour éviter l'effondrement ou les dommages causés par les bombardements subis par la ville. Entre 1996 et 2002, la colonne a été de nouveau démontée dans ses composants et elle a été complètement restaurée. Pendant ce temps des recherches archéologiques ont été menées sur la place qui l'entoure. Après le remplacement, la colonne d'origine est maintenant exposée dans une salle du Palais Granafei-Nervegna, et une copie a été placée à sa place.

  • Route EuroVelo certifiée
  • Route développée avec signalisation EuroVelo
  • Route développée
  • Route en dévelopement
  • Route en phase de planification

Les étapes